Notre projet

Historiquement, les Enfants de Don Quichotte de Lille se sont fait connaitre en organisant un camp avec les personnes à la rue à la fois pour les aider dans leur situation et pour communiquer dans les medias.

Cette action de communication c’est poursuivie au fil des ans afin de défendre ces personnes.

Depuis près d’un an, les enfants de Don Quichotte de Lille ce sont aussi orientés vers l’insertion par l’activité.

1. Le constat

Beaucoup de personnes à la rue, en bidonville ou en squat souffrent d’un manque de moyen financiers leur permettant d’avoir une vie descente, mais aussi d’un manque d’activité.

Cette situation est liée à des facteurs environnementaux et personnels.

Le constat est qu’un nombre très important de personnes vivent dans une situation de grande précarité sur de longues durées, sans que ce nombre ne puisse se justifier par des « choix personnels ».

Sur l’agglomération Lilloise, on peut notamment constater :

-          Un nombre grandissant de personnes à la rue et sans solution. L’absence de perspectives étant corroborée par le nombre de personnes ayant appelé le 115 et taux de refus constaté par le SIAO.

-          La présence d’au minimum 100 jeunes de « culture anarchiste »

-          Le développement de bidon villes, « accueillant » notamment au minimum 250 familles avec enfants (chiffres de l’AREAS), souvent ROM.

-          Le développement des squats afin de palier à cette situation d’urgence

-          Le développement des travailleurs pauvres vivant en squat, bidon ville ou même à la rue

2. Les moyens

Deux aspects semblent donc prioritaires et complémentaires :

-          L’accès au logement

-          L’accès à des revenus complémentaires

Les enfants de Don Quichotte sont actuellement mobilisés sur le maintien ou l’amélioration des squats et des camps de caravanes ou de cabanes en bois pour éviter un retour à la rue. Ces situations inacceptables dans leur principes sont hélas souvent un moindre de mal qui offre un début de stabilisation des personnes.

3. Nos objectifs

Nous visons en particulier, mais non limitativement, deux populations car l’expérience nous a montrer que nombre d’entre eux ont la capacité et la motivation d’avoir une activité professionnelle

-          Les Roms

-          Les jeunes de « culture anarchiste »

La spécificité de ces deux population relève:

-          D'une difficulté d’accès à la langue (pour les ROM)

-          De leur forte demande de souplesse et d’indépendance

-          De leur difficulté à accepter le principe de subordination propre à l’emploi salarié

De ce fait, l'accès à un travail salarié à plein temps est rendu difficile.

Notre but est donc d’accompagner ces personnes dans une activité procurant des revenus complémentaire de manière indépendante. L’objectif étant dans un premier temps une remise à flot permettant par la suite de se projeter dans l’avenir, soit dans le même type d’activité, soit avec une autre orientation.

Notre objectif est de les aider à structurer leur démarche en fonction de leur situation, de leur possibilité et de leur volonté afin de favoriser une activité adaptée.

Des activités économiques ont été déjà testées et ouvrent un potentiel de développement satisfaisant.

Ces expériences ont déjà permis de sortir l’an dernier une famille de 6 enfants de la rue. Même si cette famille s’est finalement réorientée vers un autre travail, le travail réalisé avec nous  a été déterminant dans leur reprise de confiance en eux et l’embauche qui a suivi.